Le Café qui réveille l'Info

Le Top 5 de la mi-journée du 18 février 2020

1– le MFDC s’est trouvé un nouveau patron : Trois mois après l’assassinat du chef rebelle Abdou Elinkine Diatta, c’est  Edmond Borra, qui a désormais la lourde charge de diriger le bureau national du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance. Edmond Borra est loin d’être un néophyte au MFDC puisqu’il a été adjoint de l’Abbé Diamacoune Senghor, révèle  Iradio.

2– Mame Mactar Guèye donne un ultimatum au lieutenant Dioum : « je tiens à ce que l’honneur de ma fille et le mien soient lavés. Mes interlocuteurs à la Police m’ont demandé de leur donner 24 heures pour communiquer et rétablir les faits. A défaut de quoi je vais tenir une conférence de presse. Je retournerai donc demain (aujourd’hui) à la Police pour deux choses. La première, pour connaitre les résultats du gynécologue et la deuxième, attendre que le chargé de la communication Ndiassé Dioum rétablisse la vérité, à défaut de quoi, je vais me faire entendre », a assuré Mame Makhtar Guèye dans les colonnes de l’Observateur.

3– Cambérène très remonté contre Ageroute : Les jeunes regroupés autour du mouvement Cambérène moniou nior ont exprimé le courroux de toute la population pour exiger la reprise des travaux de la bretelle de la VDN 2 qui traverse la ville sainte. Après le porte-parole des Layènes Mouhamadou Lamine Laye, c’est au tour des jeunes de monter au créneau pour que l’Ageroute achève les travaux commencés depuis des années. Contrairement aux rumeurs, les populations de Cambérène ne bloquent pas les travaux, l’Ageroute justifie l’arrêt par un problème financier


4– L’ex-présidente de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC), Nafy Ngom Keita a reçu la citation directe de l’ancien directeur des Centres des œuvres universitaires de Dakar (Coud), Cheikh Oumar Hann pour « diffamation et complicité de diffamation », selon L’Observateur.

5– Les femmes dans la gendarmerie : Le Haut Commandant a fait l’évaluation de la présence des femmes dans les rangs de la gendarmerie depuis 2006. En 2020, il ya  512  femmes gendarmes dont 28 officiers, 4 élevés officiers 480 sous-officiers, avec un taux de recrutement de 5% de l’effectif global de l’armée.  

Les commentaires sont fermés.